Traversées Ren@rde


Il y a quelques semaines, je me suis rendue à Bourges pour découvrir le parcours Traversées Ren@rde organisé à l’occasion du quarantième anniversaire du Centre Pompidou.
Trois lieux dédiés à l’art contemporain se sont associés pour créer Traversée Ren@rdes, un événement qui permet de découvrir à la fois des oeuvres du Centre Pompidou dans un nouveau cadre, mais aussi celles d’autres artistes, rassemblés pour l’événement par l’ENSA, Bandits-Mages et d’Emmetrop. Ce sont donc trois lieux à explorer, au travers d’un parcours artistique explorant les thématiques du corps et de l’identité.
On commence donc avec La Box, lieu d’exposition au sein de l’ENSA de Bourges.

L’exposition se nomme « Shut the fuck up », et s’articule autour de la vidéo éponyme du collectif General Idea réalisée en 1985. La vidéo a été empruntée au centre Pompidou, et constitue presque un manifeste à l’encontre des médias et de leur manipulation.

On trouve aussi une réinterprétation des poodles, ou encore des affiches de cinéma détournées.



C’est ensuite l’occasion de visiter l’ENSA. installée dans un bâtiment du XVIII, elle est impressionnante tant par sa taille que par la variété des activités proposées.


Aperçu des étudiants en plein atelier :


L’école regorge de mini lieux d’expositions ce qui permet d’avoir un aperçu du travail des étudiants.


Après ce premier arrêt, direction Transpalette, centre d’art contemporain hybride, lieu d’expositions et d’expérimentations.

Là encore, plusieurs oeuvres ont été empruntées au Centre Pompidou, enrichies du travail de nombreux artistes invités à participer à l’exposition.

Ce fut l’occasion de (re)découvrir des oeuvres d’artistes que j’apprécie, notamment Claude Levêque

Ou encore Annette Messager :


Coup de coeur pour l’installation d’Arthur Gillet :


Vidéos, dessins, installation, plusieurs médias sont mixés et le lieu se prête particulièrement à une exposition de ce type, on arpente les couloirs, les recoins, les escaliers, la grande hauteur sous plafond donnant d’autres perspectives à l’ensemble.


Certaines oeuvres sont même cachées dans le batiment d’en face, et se découvrent à l’aide de jumelles.


Il est maintenant temps de partir pour le dernier lieu de ce triptyque artistique, il s’agit du chateau d’eau, qui comme son nom l’indique bien est un ancien chateau d’eau reconverti en lieu d’exposition. Le bâtiment est impressionnant, et se prête très bien à cette dernière partie de l’exposition, « Réinitialisation d’une collection : please another story/history » par le collectif Bandits mages qui travaille principalement autour d’installations vidéos.

A partir de là je m’excuse pour la qualité des photos, le lieu étant très sombre il a fallu surexposer pour pouvoir vous montrer un peu l’endroit.
Ici une installation très spéciale, un ordinateur, programmé pour commander tous les écrans de la galerie, surmonté d’une tête de mannequin.

Sur place, on peut assister à la diffusion en direct d’une emission de radio, mais aussi voir retransmis sur des écrans les performances des membres du collectif installés dans le réservoir du chateau d’eau.



Ici, des décors utilisés pour la réalisation d’un film ont été apportés. On explore l’idée de ce que deviendraient les oeuvres en cas d’inondation.

Et pour aller plus loin dans l’expérimentation, il est possible de chausser des bottes et d’aller se promener dans ce lieu étrange.

Ici une autre installation, un lieu de projection portatif sous forme de cartable télescopique équipé d’un écran.

De nombreuses installations sont interactives, et c’est vraiment quelque chose que j’apprécie car cela permet de sortir du rôle simple de spectateurs pour prendre part à l’expérience.

Et ainsi s’achève cette journée riche en découvertes. Je ne connaissais pas du tout Bourges, et la découvrir sous l’angle artistique au travers de ces trois lieux fut une superbe expérience. Mon préféré restera le chateau d’eau, car le lieu est totalement atypique, et que je suis très sensible aux installations/expérimentations.

Si Shut the fuck up et l’exposition au chateau d’eau sont terminées, il vous reste jusqu’au 28 janvier pour aller découvrir Traversées Ren@rdes à Transpalette, l’occasion de découvrir un endroit hybride, véritable lieu dédié à la créativité sous toutes ses formes.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.